PHOTOS DE BROCELIANDE

En préambule à l'article,

Petite visite guidée de la forêt de Broualan/Brocéliande...

La forêt de Broualan (ce nom a donné naissance à Brechélian, puis Brocéliande). Au second plan, à gauche le Mont Dol, et la mer. Cette photo est prise du haut de la tour du prieuré du Brégain, près de Broualan.
 



Eglise de Broualan, XV° siècle, "l'un des plus jolis édifices religieux du département" (Paul Banéat)

Le prieuré du Brégain, près de Broualan : en 1122, il est rattaché à l'abbaye de Saint-Florent en Anjou, comme l'abbaye de Monmouth au pays de Galles où s'écrivent alors les premières pages du cycle arthurien, sous la plume et l'influence de gens de la seigneurie des Dol-Combour.

D'après le texte fondateur du mythe arthurien, de Geoffroy de Monmouth (XII° siècle), le roi Arthur vient au Mont-Saint-Michel vaincre un géant.

Au coeur de la forêt de Broualan, le menhir du Champ Dolent, le plus haut du département (entre Combourg et Dol de Bretagne). 9 mètres de haut.

La "Maison des fées", à l'ouest de Brocéliande (Tréssé). Allée couverte (mégalithe).

La Maison des fées doit son nom à un culte à la déesse mère (néolithique), comme l'attestent les seins gravés dans la pierre.


Près du château de Beaufort (attesté au XII° siècle), le menhir de la Pierre du Domaine a séparé deux combattants à deux doigts de la mort : ils étaient frères. Un récit arthurien gallois nous conte la même légende.

   

Combourg (XI°, puis XII° - XV° siècles) : la principale forteresse des lieux. 

 

La fontaine de Margat,
ou la frontière de l'autre monde (Combourg).

Au château de Combourg, une étrange apparition : un chat noir et la jambe de bois d'un seigneur (Coëtquen). C'est un mythe arthurien.



Une croix de Justice médiévale (Combourg, centre ville, propriété privée) veille sur la fontaine miraculeuse de Saint Lunaire. 

Château de Combourg : "Mon sang teint la bannière de France".

Ci-contre : Château de Combourg ; les armes des Coëtquen. Cette famille implantée au XII° siècle en forêt de Broualan-Brocéliande, possèdera plus tard Combourg. Ces armoiries ont été attribuées, dès le XIII° siècle, à Lancelot du Lac, un chevalier dont on sait qu'il naît en "Les marches de la Petite Bretagne".
Le "Lac tranquille" cher à Chateaubriand est-il celui de la fée Viviane et de Lancelot ?

Le Mont-Dol : une terre de légendes au nord de la forêt de Broualan, le "Mont Douloureux" que découvre Perceval (Chrétien de Troyes, XII° s.)

Au Mont-Dol, les forces infernales affrontent Saint Samson et Saint Michel. A droite, fragment de la colonne de Jupiter, aujourd'hui dans l'église paroissiale (église fin XII° siècle).

La colonne de Jupiter, au sommet du Mont-Dol.
Perceval y apprend le lieu de résidence du roi pêcheur, où se trouve le Graal à une journée de cheval... Nous dirons où.

(dessin de Robert Henri Martin, publié dans la revue "Armen" n°101).

La cathédrale de Dol (XIII° siècle) : ce vitrail montre Saint Samson traversant la manche. Il évangélisera la région et fonde Dol au VI° siècle.

La fontaine Saint Samson : un légendaire absolument conforme aux récits gallois du XII° siècle. C'est la "fontaine merveilleuse" de Brocéliande.

A la fontaine Saint Samson (Carfantin ou Kerfunten, Kei Funten dans les contes gallois), on vient évoquer le ciel pour que la météo soit propice aux marins.

L'abbaye du Tronchet, en forêt de Broulan-Brocéliande.

Au coeur de la forêt, le château de Beaufort (XVII°, aujourd'hui un monastère) a remplacé l'ancienne forteresse attestée au XII° siècle, dont les ruines sont cependant encore visibles.

La chapelle de Notre Dame de Beaufort et sa table ronde en guise d'autel.

A Beaufort, le grand zodiaque ouvert sur la forêt laisse la lumière frapper la table ronde. 

Ruines du château de la Roche-Montbourcher, près de Combourg (propriété privée, ne se visite pas. Lieu clos). Au XII° siècle, une place forte importante de la seigneurie des Dol-Combour.

Accueil