Tourisme au pays de Brocéliande
Découverte de la forêt de Paimpont.
 

Pour beaucoup de personnes, la mythique forêt de Brocéliande est associée à Paimpont, à l'Ouest de Rennes. Le cycle arthurien s'écrit principalement aux XII° et XIII° siècles et situe Brocéliande aux marches de Bretagne, en bord de mer (ce qui induit la baie du Mont-Saint-Michel, hypothèse défendue par Guillaume Kerfontaine et largement commentée sur ce site).

Avant le milieu du XV° siècle, la forêt de Paimpont n'est jamais désignée comme étant Brocéliande. Mais en 1467, Guy de Laval introduit cette thèse, laquelle sera surtout développée au XIX° siècle.

Si la forêt de Paimpont n'est sans doute pas la source d'inspiration des trouvères du XIII° siècle, elle demeure un endroit magnifique propice aux rêves de chevalerie et à l'épanouissement de l'imaginaire arthurien...
 

Les hauts lieux :


La fontaine de Barenton
: en 1467, Guy XIV de Laval, seigneur de Comper, nomme cette fontaine Barenton dans la "Charte des Usements de Brécilien", l'assimilant à la "fontaine qui bout" des romans arthuriens alors très en vogue. La légende de Brocéliande est née : une large pierre, le perron de Merlin, peut déclencher les orages. Pour qui sait comment procéder, le contrôle des éléments est assuré.
 

La fontaine de Jouvence : source d'éternelle jeunesse.



L'hôtie (maison) de Viviane : un cercle de pierre datant du néolithique.
 

Le tombeau de Merlin : les restes d'une allée couverte (néolithique).

Le jardin aux moines : érigé 3000 ans avant JC, probablement modifié plus tard, il reste assez mystérieux. La légende évoque une punition divine frappant des chasseurs ou des moines impies.



Le tombeau des géants :
assemblages de menhirs couchés.

Le Val sans retour : des paysages d'un rare beauté.

Le Val sans retour : il suffit de passer le pont pour entrer dans le royaume de la fée Morgane, la demi-soeur du roi Arthur.



Le Val sans retour : Morgane enferme ici les amants infidèles. Ne s'aventure pas qui veut en ces lieux magiques...

Le château de Comper : attesté au XI° siècle, il est plusieurs fois reconstruit et abrite depuis 1990 le Centre de l'Imaginaire Arthurien.

Le lac bordant Comper est celui de Lancelot et de Viviane, la dame du lac. La fée capture le jeune Lancelot et l'élève dans un château invisible construit par Merlin, au sein du lac.


Le lac de Comper

L'abbaye de Paimpont

Le roi Judicaël aurait fondé Paimpont au VII° siècle. L'église abbatiale (XIII° et XV° siècles) abrite de très remarquables reliques et objets d'art.


L'abbaye de Paimpont :
une statue de Notre Dame de Paimpont (XV° siècle) en bois polychrome fait encore l'objet d'une grande vénération (ci-contre).

L'église de Tréhorenteuc : un hommage à l'imaginaire arthurien, des décors créés au XX° siècle sous l'impulsion de l'abbé Henri Gillard. Foi chrétienne et ésotérisme s'y fondent dans une savante alchimie.

De 1942 à 1962, l'abbé Henri Gillard restaure et transforme l'église de Tréhorenteuc afin d'en faire un lieu consacré au Saint Graal.

A Tréhorenteuc, l'abbé Gillard crée un univers voué aux romans de la Table Ronde.

Henri Gillard a défié la hiérarchie de l'église catholique, poursuivant inlassablement son rêve : faire de Tréhorenteuc un temple du Graal.

"La porte est en dedans" : à l'intérieur de l'église, cette porte aux dimensions du nombre d'or (1,618...). Un peu d'ésotérisme ne nuit pas.

Sous l'impulsion de l'abbé Gillard, les vitraux de Tréhorenteuc retracent l'épopée des chevaliers du Graal.

Voir aussi :

Broualan : une nouvelle localisation de la forêt de Brocéliande
par Guillaume Kerfontaine

Réseau Asteria